Baisses et hausses de salaires et parité professionnelle (étude insee)

L'INSEE vient de publier (décembre 2014) les résultats d'une études sur les salaires dans le secteur privé et les entreprises publiques dont nous publions ci-dessous les principaux résultats.

Il est intéressant de noter que cette étude vient corroborer les analyses faites par le cabinet de conseil en rémunération et politique salariale PEOPLE BASE CBM, notamment sur les écarts de rémunération hommes / femmes (parité) et sur les pratiques en termes d'augmentations salariales (cf. résultats des études de rémunérations sur ce BLOG).

Des baisses moins prononcées aux extrémités de la distribution des salaires

Le salaire net médian en EQTP, qui partage les salariés en deux groupes d’effectifs égaux, est de 1 730 euros par mois (cf. tableau ci-après). Il est inférieur de 19,7 % au salaire net moyen et baisse de 0,6 %en euros constants. En 2012, les 10 % de salariés les moins bien rémunérés perçoivent un salaire net mensuel en EQTP inférieur à 1 184 euros. Ce 1er décile (ou D1) est en baisse de 0,1 %en euros constants par rapport à 2011.

Partite-salariale
En haut de l’échelle, les 10 %de salariés les mieux rémunérés perçoivent un salaire net mensuel en EQTP supérieur à 3 455 euros (9e décile ou D9). Les 1 % de salariés les mieux rémunérés perçoivent un salaire net mensuel en EQTP supérieur à 7 914 euros (99e centile ou C99). L’évolution du 9e décile (– 0,1 % en euros constants) est négative pour les hommes (– 0,3 %) mais positive pour les femmes (+ 0,2 %). La baisse est plus prononcée pour les 95e et 99e centiles qui sont en repli, respectivement, de 0,4 % et de 0,5 % en euros constants.

À ces niveaux de la distribution, les évolutions sont négatives pour les hommes comme pour les femmes, mais moins défavorables pour ces dernières, avec des baisses respectives de – 0,3 % et – 0,1 % (contre – 0,5% et – 0,7% pour les hommes). Ces mouvements relatifs sont d’ampleur limitée : le rapport entre la médiane et le 1er décile de salaire est stable entre 2011 et 2012. De même, entre les 9e et 1er déciles de s alaire le rapport interdécile (D9/D1) reste stable à 2,9 depuis 2004. Toutefois, la part dans la masse salariale brute totale des 1 % des salariés les mieux rémunérés passe de 6,3 % en 2011 à 6,2 % en 2012, soit un niveau comparable à celui de 2005, mais qui reste nettement supérieur à celui du milieu des années 1990.

Nous contacter

Pour toute demande d'information relative à notre cabinet de conseil en rémunération ou à nos activités d'études et enquêtes de salaires, vous pouvez soit nous contacter directement au 01 53 43 03 60 ou soit remplir le formulaire ci-dessous :

Civilité

Prénom (obligatoire)

Nom (obligatoire)

Téléphone

Société / Organisation

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire