Encore quelques informations sur l’épargne salariale

La DARES a publié en juillet 2014 les chiffres de l’épargne salariale de 2012. Ces chiffres peuvent être mis en perspective et comparés avec ceux obtenus lors de notre enquête sur l'épargne salariale réalisée en mai-juin 2014 (voir résultats sur ce blog).

En 2012, environ 8,7 millions de salariés (secteur marchand non agricole), ont eu accès à au moins un dispositif de participation, d’intéressement ou d’épargne salariale, contre 8,8 en 2011.

Comme en 2011, près de 7,1 millions de salariés ont effectivement reçu une prime au titre de la participation ou de l’intéressement ou bénéficié d’un abondement de l’employeur sur les sommes qu’ils ont versées sur un PEE ou sur un plan d’épargne retraite collectif (PERCO).

Pour les entreprises de plus de 10 salariés, les sommes ainsi distribuées représentent plus de 15,5 milliards d’euros.

Pour la première fois depuis sa création ce n’est plus la participation mais le PEE qui est le dispositif le plus répandu. Le PERCO quant à lui continue sa progression.

Le montant moyen de la participation, en baisse depuis 2010 ressort à 1401 € et celui de l’intéressement à 1559 €, en hausse par rapport à 2010 et 2011.

Les montants moyens des abondements dans les PEE / PERCO sont en baisse significative.

La diffusion des dispositifs d’épargne salariale dans les entreprises, selon leur taille, reste relativement stable.

Attendu depuis longtemps, le Conseil d’orientation de la participation, de l’intéressement, de l’épargne salariale et de l’actionnariat salarié (COPIESAS) a été installé par François Rebsamen, Ministre du travail, de l’emploi et du dialogue social le vendredi 20 juin 2014.

Au cours de cette réunion, le Ministre a notamment rappelé que :

• L’épargne salariale est une composante de notre modèle social, un héritage gaulliste, devenu un héritage commun, qui est aujourd’hui un objet dynamique du dialogue social.

• Les entreprises qui jouent le jeu de l’intéressement, de la participation, des plans d’épargne salariale ou de l’actionnariat salarié au bénéfice de leurs salariés sont plus performantes.

Le schéma retenu pour les travaux du COPIESAS est celui de l’organisation de la réflexion autour de deux groupes de travail :

• L’un consacré à l’élargissement des dispositifs (introduction de l’intéressement dans le secteur public et associatif / développement dans les PME….) et à leur simplification (formule de calcul de la participation / règles de gestion des plans d’épargne / simplification en matière d’actionnariat salarié….)

• L’autre consacré au financement de l’économie (mobilisation de l’épargne pour financer l’économie…..) et à la gouvernance (accès et information des salariés…..)

Les travaux du COPIESAS qui ont débuté fin septembre devraient se poursuivre courant octobre.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire